Louis Couturat (1868-1914) Mathématiques, langage, philosophie

Les quatorze études réunies dans ce volume présentent l’œuvre de Couturat sous tous ses aspects. À une critique de la connaissance, fondée sur une philosophie des mathématiques infinitiste, fait suite un exposé novateur de la logique de Leibniz, interprétée comme le centre dont dépend tout le système. L’adhésion au logicisme de Russell conduit à en présenter les thèses au public français, avec une critique sévère de la philosophie mathématique de Kant. La constante est une adhésion à un rationalisme qui combat, chez Bergson notamment, toutes les formes de l’intuitionnisme, du pragmatisme et du moralisme. Enfin s’impose l’engagement dans un travail à la fois historique, théorique et militant en faveur d’une langue internationale auxiliaire. Ce volume réunit les actes du colloque organisé par la composante Mathesis de la République des savoirs (USR 3608) qui s’est tenu à l’École normale supérieure les 21 et 22 mai 2014. Ouvrage publié avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS (programme « Investissements d’avenir » ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et ANR-10-LABX-0099)

Œuvres d’Ernest Coumet (t. 1)

Le travail accompli par Ernest Coumet en histoire et philosophie des sciences est profondément original. Original par ses angles d’attaque, par la diversité de ses intérêts et par les réflexions lumineuses qui émaillent sa lecture des auteurs classiques ou oubliés, mais toujours décisifs, qu’il s’agisse de la combinatoire et du calcul des probabilités, de l’histoire de la logique (Venn, Boole, Lewis Carrol…), de l’histoire du positivisme (Comte, Littré, Popper…) ou de la philosophie générale des sciences (Sorel, Tannery…).Sont ici réunis la totalité des articles publiés par Coumet de 1965 à 2003, soit une somme particulièrement riche et féconde pour tout historien ou philosophe des sciences.

Public
Étudiants, doctorants, chercheurs et enseignants chercheurs en histoire des sciences et philosophie des sciences, particulièrement en histoire et philosophie de la logique et des mathématiques

Auteur(s)
T. Martin est professeur d’histoire et philosophie des sciences à l’Université de Franche-Comté.S. Roux est professeur d’histoire et philosophie des sciences à l’ENS de la rue d’Ulm.

Fiche de l’ouvrage

couv-gde-1367

Pierre Duhem, La théorie physique. Son objet, sa structure.

duhem

La théorie physique. Son objet, sa structure, l’ouvrage majeur de Pierre Duhem en philosophie des sciences, a mis plus d’un siècle à devenir un classique. Mais on n’en retient le plus souvent que quelques passages, comme la critique des expériences cruciales ou le refus du mécanisme, qui est compris comme une espèce d’explication métaphysique. Bien d’autres questions de philosophie de la physique y sont pourtant abordées : l’usage des modèles, la construction des grandeurs, la question de l’approximation, le rapport entre mathématiques et physique, l’usage de l’histoire dans l’enseignement de la physique.

Pour expliquer les raisons pour lesquelles la réception de cet ouvrage a été différée, cette nouvelle édition s’ouvre par une présentation inédite des différents contextes intellectuels et politiques dans lesquels Duhem et ses thèses ont été lus au xxe siècle. Une bibliographie oriente les lecteurs dans la littérature secondaire consacrée à Duhem. Chaque chapitre bénéficie de nombreuses annotations qui permettent de reconstituer la genèse de cet ouvrage, de le situer par rapport à la philosophie et aux sciences de son temps et de comprendre la progression des arguments.

Occasionnalisme, conservationnisme, concurrentisme

« Pourquoi la conservation ne suffit pas » (Freddoso lecteur de Suarez).

ex nihilo(extrait de : Paul CLAVIER,  Ex nihilo, vol.1. « L ’introduction en philosophie du concept de création », Paris, Hermann, 2011)

Télécharger en PDF;
 Si la philosophie cartésienne et post-cartésienne s’accommode comme elle peut du concept de création continuée, c’est qu’elle a jeté par-dessus bord une part non négligeable de la conceptualisation scolastique ou plutôt deutéro-scolastique sur la question. Comme on la comprend ! Pourtant, il ne sera peut-être pas inutile de se pencher sur l’élaboration doctrinale des rapports entre création et conservation telle que Suarez la compile, et la modifie.

 

Occasionnalisme, conservationnisme, concurrentisme

Alfred J. Freddoso a analysé plusieurs arguments suaréziens qui soutiennent la thèse du concours indispensable de Dieu au déroulement des causes naturelles. Le principe est que la seule conservation des substances créées avec leurs pouvoirs causaux actifs et passifs ne suffit pas. Cette thèse n’est pas très intuitive : si Dieu conserve les substances créées et leur capacité d’action, qu’est-il encore besoin d’un concours divin ? Pour le faire comprendre, Freddoso rappelle et précise la définition des trois théories de l’influence causale de Dieu sur le cours de la nature :

« a. Occasionnalisme. Seul Dieu produit des effets dans la nature; les substances naturelles, contrairement à l’opinion commune, n’apportent pas la moindre contribution réelle à quelque effet que ce soit. Bref, il n’y a pas de causalité propre à la créature, ni de causes secondes ; les substances créées sont incapables d’action transitive, c’est-à-dire d’action ayant des effets extérieurs à l’agent.

b. Pur conservationnisme. Dieu contribue au cours ordinaire de la nature uniquement par la création et la conservation des substances naturelles et de leurs accidents, y compris leur pouvoir causal actif et passif. De leur côté, les substances créées sont de véritables causes secondaires, qui peuvent réellement contribuer à la production d’effets naturels sui generis, pourvu seulement que Dieu les maintienne avec leurs pouvoirs dans l’existence. Quand ces substances produisent directement un effet, elles sont les seules causes immédiates de cet effet, tandis que Dieu est seulement une cause indirecte ou éloignée de l’effet, en vertu de son action conservatrice.

c. Concurrentisme.[…]  Dans le concurrentisme, l’effet naturel est immédiatement produit à la fois par Dieu et par les substances créées, de telle sorte que  (n’en déplaise à l’occasionalisme) ces dernières apportent une réelle contribution causale à l’effet et déterminent vraiment son caractère spécifique, mais (n’en déplaise au pur conservationnisme) elles ne le font que si  Dieu coopère avec elles au même moment au titre de cause immédiate, d’une manière générale qui va plus loin que la conservation et qui fait de l’action coopérative transitive qui en résulte une action qui, sous tous rapports, est à la fois de Dieu et des causes secondaires » [1].

Lire la suite