Conférence de Lawrence Nolan, The Ontological Status of Descartes’s Mind-Body Union

Conférence de Lawrence NOLAN California State University, Long Beach
The Ontological Status of Descartes’s Mind-Body Union

21 février 2017 16:30-18:30
29 rue d’Ulm, salle 235B

Some commentators have argued that Descartes is committed to the traditional Aristotelian conception of the human being as a hylomorphic unity or ens per se. This interpretation contradicts Descartes’s official mind-body dualism insofar as it implies that the human being is a third type of substance. It also raises problems about whether minds and bodies constitute genuine substances. As a result, it has been subjected to repeated criticism. While sympathetic with these criticisms, I think that there is something of great philosophical significance that partisans on both sides of this debate have overlooked : Descartes does have an account of the ontological status of the union of mind and body — one that goes beyond their causal interaction — but this account is highly reductive and perfectly consistent with his dualism. I argue that the mind-body union is not a genuine unity, but we ordinarily regard it as one whenever we are not engaged in philosophical meditation. This means the so-called mind-body “union” is merely a conceptual unity, for this way of regarding oneself is irredeemably confused and thus lacks ontological import. One virtue of this way of interpreting Descartes is that it explains some of his otherwise perplexing remarks to Elisabeth, including his much-discussed theory of notions primitives. It also reveals how he can ‘speak with’ the scholastics, and appear to endorse the hylomorphic conception of man, without contradicting his strict dualism

Répondant : Denis KAMBOUCHNER 

Dominik Perler, Séminaire : Personne et substance

Dominik Perler (Humboldt Universität, Berlin), professeur invité par le département de philosophie
Séminaire : « Personne et substance : débats philosophiques du XIIIe au XVIIe siècle »

ENS – Salle Cavaillès

    • 7 mars 2017 16:00
    • 14 mars 2017 16:00
    • 21 mars 2017 16:00
    • 28 mars 2017 16:00

Nous ne considérons ni nous-mêmes ni nos prochains comme de simples objets matériels, ni non plus comme de simples organismes, mais comme des personnes. Mais qu’est-ce qu’une personne ? Inspirés par Boèce, beaucoup d’auteurs médiévaux et modernes répondaient à cette question en définissant une personne comme « une substance individuelle de nature rationnelle ». Mais quelle est la structure d’une telle substance ? Comment peut-elle préserver une identité à travers le temps ? Et quelle sorte d’activités peut-elle produire ? Le séminaire examinera au travers d’une sélection de textes plusieurs modèles métaphysiques qui offraient des réponses à ces questions, mais aussi des modèles qui mettaient en doute la valeur explicative d’une substance.

Tad Schmaltz, Séminaire: La métaphysique de la matière au début de l’époque moderne

TAD SCHMALTZ (University of Michigan, Ann Arbor), professeur invité par le Labex TransferS
Séminaire: “La métaphysique de la matière au début de l’époque moderne: Suárez, Descartes, Spinoza”.

ENS – Salle Cavaillès

  • 7 mars 2017 10:00
  • 14 mars 2017 10:00
  • 21 mars 2017 10:00
  • 28 mars 2017 10:00

Ce séminaire essaie de retracer un itinéraire depuis une conception aristotélicienne du monde matériel à une perspective plus distinctement moderne. Cet itinéraire commence avec une révision du récit aristotélicien dans l’œuvre de Suárez qui a préparé le chemin pour les innovations modernes. Il passe ensuite par la critique de la conception scolastique dans l’œuvre de Descartes. Il s’achève par la ré-interprétation très originale des éléments fondamentaux de la métaphysique de Descartes du monde matériel dans l’œuvre de Spinoza.

 

 

Philosophie, religion, pouvoir, Lectures du Traité théologico-politique

Institut d’études avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004, 9h30
(L’inscription préalable est obligatoire, merci de vous enregistrer ici ou bien de vous adresser à domenico.collacciani@ens.fr)

Présidence : Domenico Collacciani
9:30-10:15 Pierre-François Moreau (ENS Lyon), Préface
10:15-11:00 Lorenzo Vinciguerra (Picardie), La prophétie et les prophètes

Présidence : Jacqueline Lagrée
11:15-12:00 Denis Kambouchner (Paris 1), Le théologico-politique entre Descartes et Spinoza : de la Lettre à Voët au TTP
12:00-12:45 Theo Verbeek (Utrecht), Peut-on obéir la loi divine?’

Présidence : Pascal Sévérac
14:15-15:00 Henri Laux (Centre Sèvres),De la vocation des Hébreux. Questions sur l’interprétation du chapitre III du TTP
15:00-15:45 Nicola Marcucci (EHESS), Le possible nécessaire. Rites et récits dans le chapitre V du TTP

Présidence : Francesco Toto
16:00-16:45 Domenico Collacciani (ENS Paris), Les méthodes d’interprétation dans le chapitre VII
16:45-17:30 Céline Hervet (Picardie), Le nom des fruits, des oiseaux, des poissons (TTP VII; 11). Interpréter et penser le langage sur les débris de la langue

 

Depuis sa publication anonyme en 1670, le Traité théologico-politique ne cesse pas d’interroger les interprètes en raison de la complexe stratification de réflexions épistémologiques, anthropologiques, éthiques, théologiques et politiques qui y trouvent place. La journée d’étude essaiera de jeter une lumière nouvelle sur les premiers chapitres du Traité (de I à VII), dans lesquels Spinoza analyse et redéfinit les notions clés de l’imaginaire théologique : la prophétie et les prophètes, l’élection, la loi, les rites, les miracles et l’interprétation de l’Écriture. Chaque intervenant enquêtera sur un chapitre de l’ouvrage et éclaircira une thématique particulière tout en tenant compte de l’architecture générale du Traité.
L’évènement s’inscrit dans un programme de lectures croisées du TTP, dont la première séance a eu lieu à Rome en décembre 2016 et la dernière se tiendra à l’ENS de Lyon en avril 2017. Trente spécialistes de la philosophie spinoziste ont accepté de donner leur contribution à ce projet.

affiche-ttp-27-janvier