Catégories, méthodes, pratiques : qu’est-ce que faire de l’histoire de la philosophie ?

Séminaire organisé par Jean-Pascal Anfray, Dan Arbib, Giuseppe Bianco, Sophie Roux, Irlande Saurin et Frédéric Worms

ENS, 2e jeudi de chaque mois, 14.00-16.00

L’histoire de la philosophie, telle qu’elle est scolairement et académiquement pratiquée, est l’aboutissement d’un long processus historique. En France, des catégories comme celles d’auteur, de doctrine, d’école ou de période historique et des exercices pratiques comme le commentaire de texte et la dissertation ont permis, à partir du xixe siècle, de constituer une identité disciplinaire liant fortement l’histoire de la philosophie et la philosophie. La prééminence de la philosophie analytique dans les pays anglo-saxons durant la première moitié du xxe siècle a en revanche longtemps tenues éloignées la philosophie et l’histoire de la philosophie, cette dernière se rapprochant conséquemment des disciplines philologiques, voire de programmes en histoire des idées, en histoire intellectuelle ou en histoire culturelle. Mais dans l’un et l’autre cas, une certaine clôture de la philosophie par rapport aux sciences humaines et sociales a limité le dialogue entre ces dernières et l’histoire de la philosophie.
Octobre 2015 Affiche Catégorie philosophie

Cette dernière est toutefois l’objet d’un certain nombre de renouvellements venant des sciences humaines et sociales aussi bien que de la philosophie contemporaine. Notre séminaire se propose dès lors de donner aux historiens de la philosophie l’occasion d’expliciter les catégories et les méthodes qu’ils mettent en œuvre quand ils pratiquent la discipline qui est la leur. Il ne s’agit donc pas d’un séminaire spécialisé selon un objet, un domaine, une période ou une aire culturelle, mais d’un séminaire ayant pour objectif de poser dans toute leur généralité les questions méthodologiques suivantes. Quel est l’objet de l’histoire de la philosophie ? Quel type de récit ou d’argumentation y met-on en œuvre ? Comment en vient-on à isoler le problème déterminé sur lequel on travaille ? Quel rôle fait-on jouer à différentes formes de communication (formes orales versus formes écrites, écrits à vocation privée comme certaines correspondances versus écrits publics, inédits versus livres imprimés, etc.) ? Comment constitue-t-on un corpus approprié pour aborder ce problème ? Comment situer les auteurs “majeurs” reconnus par la tradition académique et l’institution par rapport aux auteurs “mineurs”? Quels rapports institue-t-on, explicitement ou explicitement, avec d’autres formes d’histoire et avec la pratique contemporaine de la philosophie ? Par quel type des procédures met-on éventuellement en rapport les arguments logiques et les contextes matériels dans lesquels ces arguments ont été élaborés ?

Les orateurs enverront aux participants un article ou un chapitre d’ouvrage dans lequel leur manière de faire l’histoire de la philosophie apparaît, que ce soit sous forme d’énoncés méthodiques explicites ou bien à travers une étude de cas. La présentation, comme la discussion qui suivra, permettra d’expliciter les catégories et les méthodes qui sous-tendent leur pratique. Le séminaire est dans ces conditions ouvert à tous les collègues qui s’interrogent sur ce que c’est que faire de l’histoire de la philosophie ; il est également recommandé aux élèves et aux étudiants qui envisagent de faire une thèse ou qui l’ont récemment commencée.

08 octobre (salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm) : En guise d’introduction, le débat entre Alain de Libera et Claude Panaccio

12 novembre (salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm) : Frédéric Fruteau de Laclos (université Paris 1, Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne), « De l’importance des mineurs »

10 décembre (salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm) : François Calori (université de Rennes, Philosophie des normes) et Bruno Bernardi (Lycée Thiers, Marseille), « Le groupe Rousseau, une coopérative de lecture »

14 janvier (salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm) : Jean-Pascal Anfray (ENS, République des savoirs, Mathesis), « Anachronisme et longue durée en histoire de la philosophie moderne »

11 février (salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm) : Jacob Schmutz (université Paris 4, Métaphysique, histoires, transformation), « Pour un empirisme radical en histoire de la philosophie »

10 mars (salle 235 C, 29 rue d’Ulm) : Louis Pinto (CNRS, Centre de Sociologie Européenne), « Que peut apporter la sociologie à l’histoire de la philosophie ? »

14 avril (salle 235 C, 29 rue d’Ulm) : Charlotte Murgier (université Paris-Est Créteil, Lettres, idées, savoirs), « Aristote lecteur de Platon »

12 mai (salle 235 C, 29 rue d’Ulm) : Journée d’étude, programme à venir.



Citer ce billet
Domenico Collacciani (2015, 30 septembre). Catégories, méthodes, pratiques : qu’est-ce que faire de l’histoire de la philosophie ? Mathesis. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ralr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search