Journée d’études autour du De Possest de Nicolas de Cues

Vendredi 28 Avril 2017, 9h15-17h00
Salle Paul Langevin, 29 Rue d’Ulm (ENS)

Matinée

Modération : Dan Arbib

9h15 Accueil des participants

9h30-10h20 David Larre : « Le transfert des catégories à Dieu (translatio in divinis), §9 à 12 du De Possest. »

10h20-11h10 Marco Matteoli : « Spinning the top : a kinetic geometry, for a dynamic philosophy, §18 to 23 of De Possest. »

11h30-12h20 Mai-Lan Boureau : « ‘‘Mirabilis Deus, in quo non-esse est essendi necessitas’’ : le non-être, la créature et le créateur, §25 à 29 du De Possest. »

Après-midi

Modération : Jean-Pascal Anfray

14h-14h50 Frédéric Vengeon : « La rose unitrine. La connaissance conjecturale de la Trinité dans le De Possest. »

14h50-15h40 Marie-Anne Vannier : « Possest : un nom original pour Dieu ? »

16h-16h50 Pierre Caye : « Le De Possest ou de la Toute-puissance métaphysique. »

Contacts: jean-pascal.anfray@ens.fr ; laura.tavernier@ens.fr

Séminaire Descartes : Le cartésianisme au pluriel

Séminaire Descartes
Le cartésianisme au pluriel, Autour de l’ouvrage de Tad M. Schmaltz : Early Modern Cartesianisms. Dutch and French Constructions (Oxford U. P., 2016)

Date : 18 mars 2017 09:30
Lieu : 46 rue d’Ulm, salle de conférences

Présentation par Lucian Petrescu (U. L. Bruxelles).
Interventions de Delphine Antoine-Mahut (ENS de Lyon),
Antonella Del Prete (Univ. della Tuscia, Viterbe),
Sophie Roux (ENS).
Réponses de Tad M. Schmaltz (U. of Michigan, Ann Arbor)
Modérateur : Jean-Pascal Anfray

Louis Couturat (1868-1914) Mathématiques, langage, philosophie

Les quatorze études réunies dans ce volume présentent l’œuvre de Couturat sous tous ses aspects. À une critique de la connaissance, fondée sur une philosophie des mathématiques infinitiste, fait suite un exposé novateur de la logique de Leibniz, interprétée comme le centre dont dépend tout le système. L’adhésion au logicisme de Russell conduit à en présenter les thèses au public français, avec une critique sévère de la philosophie mathématique de Kant. La constante est une adhésion à un rationalisme qui combat, chez Bergson notamment, toutes les formes de l’intuitionnisme, du pragmatisme et du moralisme. Enfin s’impose l’engagement dans un travail à la fois historique, théorique et militant en faveur d’une langue internationale auxiliaire. Ce volume réunit les actes du colloque organisé par la composante Mathesis de la République des savoirs (USR 3608) qui s’est tenu à l’École normale supérieure les 21 et 22 mai 2014. Ouvrage publié avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS (programme « Investissements d’avenir » ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et ANR-10-LABX-0099)