Jean Sanchez | Lois des astres, lois des hommes et lois de Dieu. Théologiens, magistrats et philosophes face à la question de l’astrologie en France (1560-1628) | Soutenue le 30 novembre 2022

Jean Sanchez a soutenu le 30 novembre 2022 une thèse intitulée Lois des astres, lois des hommes et lois de Dieu. Théologiens, magistrats et philosophes face à la question de l’astrologie en France (1560-1628) (2016-2022). Cette thèse a été financée par une allocation spécifique normalien (ENS Cachan). 

 

Le jury était composé de 

Isabelle PANTIN, Professeure émérite de l’École normale supérieure-PSL – Présidente
Claudio BUCCOLINI, Professeur à l’Università La Sapienza – Examinateur                    
Didier KAHN, Directeur de recherche au CNRS – Rapporteur
Sophie ROUX, Professeure à l’École normale supérieure-PSL – Directrice de thèse
Steven VANDEN BROECKE, Professeur à la Ghent University – Rapporteur
Koen VERMEIR, Chargé de recherche au CNRS – Examinateur

Avec la participation de : Jean-Robert ARMOGATHE, Professeur émérite de l’EPHE – Invité

 

Résumé 

Comment une discipline scientifique peut-elle perdre son statut de science ? Comment les savants peuvent-ils concevoir que les savoirs que leurs maitres considéraient comme légitimes et dignes d’investigations ne soient plus que des superstitions ?

Cette thèse analyse le mouvement de marginalisation de l’astrologie qui se produit en France dans les milieux savants entre 1560 et 1628. On cherche à comprendre comment l’illégitimité scientifique de cette discipline s’est construite historiquement du point de vue intellectuel et du point de vue social. Sur la base de traités savants, de sermons, de textes administratifs et juridiques, on montre comment des savants parisiens appartenant à différents groupes sociaux (théologiens, hommes de loi, philosophes) ont créé et échangé des arguments sur la légitimité de l’astrologie, pour finalement l’exclure des communautés scientifiques en formation. On s’intéresse également aux mécanismes juridiques et sociaux ainsi qu’aux stratégies militantes mis en place par les institutions civiles et ecclésiastiques françaises afin de normaliser la pratique de l’astrologie judiciaire dans la société.

L’astrologie, élément contesté de l’ordre des savoirs préclassique, est parvenue à mobiliser contre elle des forces très différentes : réformateurs du catholicisme, défenseurs de l’autorité royale, promoteurs de nouvelles philosophies de la nature. En phase avec l’actualité polémique, en particulier les scandales juridiques impliquant des astrologues des années 1614-1628, les adversaires de l’astrologie mobilisent les critères de légitimité reconnus dans leur discipline (théologie, droit, philosophie) pour la présenter comme une superstition et une menace pour la société. Ils parviennent dès lors à influencer la législation royale qui devient de plus en plus sévère à l’encontre des astrologues.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ange Pottin (30 novembre 2022). Jean Sanchez | Lois des astres, lois des hommes et lois de Dieu. Théologiens, magistrats et philosophes face à la question de l’astrologie en France (1560-1628) | Soutenue le 30 novembre 2022. Mathesis. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ranc


Ange Pottin

Post-doctorant au CEFRES, Université Charles de Prague angepottin.wordpress.com

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search