Ange Pottin | Matière fertile. Le résidu radioactif, le capital fissile et l’écologie imaginaire de l’industrie nucléaire | Thèse soutenue le 09 décembre 2022

Ange Pottin a soutenu le 09 décembre 2022 une thèse intitulée Matière fertile. Le résidu radioactif, le capital fissile et l’écologie imaginaire de l’industrie nucléaire (2018-2022). Cette thèse a été financée par une Allocation spécifique normalien (ENS Ulm), dirigée par Sophie Roux (ENS Ulm, République des Savoirs) et codirigée par Soraya Boudia (Université de Paris, CERMES3). 

 

Le jury était composé de :

  • Bernadette Bensaude-Vincent (professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), examinatrice.
  • Soraya Boudia (Professeur, Université de Paris, CERMES3), co-directrice.
  • Grégoire Chamayou (Chargé de recherches CNRS, IHRIM), examinateur.
  • Xavier Guchet (Professeur, Université de Technologie de Compiègne, COSTECH), rapporteur.
  • Carsten Reinhardt (Professor, Universität Bielefeld), Rapporteur.
  • Sophie Roux (Professeur, ENS de Paris, République des Savoirs), directrice de thèse.

 

RESUME 

Comment les imposantes mais fragiles infrastructures dont nous dépendons sont-elles masquées par des représentations imaginaires de la technique ? Comment un résidu industriel nuisible peut-il être compris comme un bien de valeur ? Cette thèse aborde ces questions en adoptant une démarche qui se situe à la croisée d’une philosophie des techniques inspirée de Marx et de Simondon et d’une étude de cas menée avec des méthodes des STS et de l’épistémologie historique.
Depuis les années 1950, de nombreuses personnes au sein de l’industrie nucléaire française soutiennent la chose suivante : le combustible nucléaire irradié, sorti chaud, toxique et critique du réacteur, d’abord exploité pour les besoins de la bombe atomique, contient un stock énergétique de valeur tant pour le marché actuel que pour la vertueuse société d’abondance à venir – il doit donc être « retraité », « recyclé », « multi-recyclé ». Le « cycle du combustible fermé », stratégie aujourd’hui en perte de crédibilité, autorise alors un paradoxe : afin de gérer les résidus radioactifs de façon optimale, il faut les produire en masse.
Cette thèse mène une généalogie critique de cette « matière valorisable » – le résidu radioactif transfiguré en capital fissile de l’avenir – et du système technique futuriste qui lui est associé – l’écologie imaginaire d’une industrie sans milieu naturel. Elle en retrace les formulations plurielles, tantôt convergentes, tantôt divergentes, chez les ingénieurs de conception, les économistes, les représentants français aux sommets internationaux, les ingénieurs de sûreté et les travailleurs des usines de retraitement du combustible irradié. Elle mène conjointement une analyse critique des discours sur un cas exemplaire de circularité technique imaginaire, et une élucidation de certaines des conditions de déploiement et de maintenance des ensembles techniques nucléaires dont on commence seulement à mesurer l’ampleur de l’héritage radioactif.



Citer ce billet
Ange Pottin (2022, 9 décembre). Ange Pottin | Matière fertile. Le résidu radioactif, le capital fissile et l’écologie imaginaire de l’industrie nucléaire | Thèse soutenue le 09 décembre 2022. Mathesis. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rane

Ange Pottin

Post-doctorant au CEFRES, Université Charles de Prague angepottin.wordpress.com

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search