Séminaire Mathesis

Mis en avant

Le Séminaire Mathesis est l’occasion pour les membres de l’équipe Mathesis de la République des savoirs, enseignants-chercheurs aussi bien que doctorants, de présenter leurs travaux, de discuter des articles importants et d’organiser des conférences avec les collègues de passage à Paris. Étant donné ce que sont les recherches des membres de Mathesis, les recherches présentées dans ce séminaire relèvent de l’histoire de la philosophie moderne et de l’histoire et de la philosophie des sciences. Il est ouvert aux étudiants de Master qui souhaiteraient participer à un séminaire de recherche.

10/10: Tad Schmaltz (U. of Michigan, Ann Arbor) “Descartes’s Indefinite Again: the Response to More”

7/11: Robert Pasnau (U. of Colorado, Boulder) “The Path from Ancient Egoism to Medieval Altruism”

21/11: Jan Marsalek (Academy of Science of Czech Republic) “De la
dégradation dans les sciences”

28/11: Yves Gingras (UQAM) “Sur les usages historiques des citations et co-citations dans la construction de la structure conceptuelle des champs scientifiques et intellectuels”

5/12: Florent Guénard (ENS PSL) “La démocratie, le modèle, l’expérience”

12/12: Ange Pottin (ENS PSL) “Technique et technocratie du nucléaire : le système fictif de la surgénération”

Jeudi 12h-14h

45 rue d’Ulm, pavillon Pasteur, salle Pasteur (1er étage)

Séminaire doctoral d’études leibniziennes

Séances à venir (avril-juin 2019) :

18h-20h, Salle Pasteur (1er étage, département de philosophie), ENS, 45 rue d’Ulm.

– Vendredi 12 avril : Ryoko Konno (Paris IV) « La théorie du corps chez Leibniz à l’époque de Mayence »

– Vendredi 10 mai : Sören Hand (ULB) « La critique de Leibniz au mysticisme chrétien et néoplatonicien »

– Vendredi 7 juin : intervenant.e à confirmer

Séminaire co-organisé par Camilo Silva et Louis Pijaudier-Cabot

Contact : camilof.silva@gmail.com (inscription liste mail et informations)

Mind and Matter. Dividing Lines in the Early Modern Period

Le matériel et l’immatériel : lignes de partage au XVIIe siècle

Ecole Normale Supérieure, 25 et 26 janvier 2019

vendredi 25, 29 rue d’Ulm, salle 236 9h15-18h

samedi 26 : 45 rue d’Ulm, salle Cavaillès, 9h30-16h

Programme:

Vendredi 25

9:15-9:30 Marleen Rozemond and Jean-Pascal Anfray: Welcome and opening remarks

9:30-10:30 Brian Embry (University of Groningen): “Arriagan Dualism”

10:30-10:50 Pause café

10:50-11:50 Igor Agostini (Universita del Salento, Lecce): “Descartes’s Real Distinciton between Mind and Body. From the Discours to the Meditationes”

12:00-13:00 Jean-Pascal Anfray (ENS PSL): “Varieties of Holenmerism”

14:30-15:30 Martine Pécharman (CNRS-CRAL): “Hobbes on the Material-Immaterial Divide”

15:30-15:45 Pause

15:45-16:45 Sophie Roux (ENS PSL): “Gassendi on Animal and Human Minds”

16:45-17:00 Pause café

17:00-18:00 Dan Garber (Princeton): “Spiritualizing Matter: Perception and Appetite in a Material World”

Samedi 26

9:30-10:30 Philippe Hamou (Paris-Ouest): “The Puzzling Matter of Immaterial Substances in Locke”

10:30-11:00 Pause café

11:00-12:00 Sam Rickless (UC San Diego): “Locke on the Probability of the Mind’s Immateriality”

13:30-14:30 Maria Rosa Antognazza (King’s College London): “Immateriality and Primary Matter in Leibniz”

14:30-14:45 Pause

14:45-15:45 Marleen Rozemond (University of Toronto): “Why mills can’t think: Leibniz on perception as internal action”

Marleen Rozemond (Université de Toronto), professeure invitée en janvier 2019

Séminaire. Passivité et complexité dans la conception mécaniste de la matière au XVIIe siècle

Au centre de la révolution scientifique se trouve la nouvelle conception de la matière dite mécanique. Or cette conception de la matière telle qu’elle était proposée par Descartes provoqua des critiques philosophiques et scientifiques. L’objection abordée par ce cours est qu’une compréhension complète du monde corporel exige un appel aux entités immatérielles. Le problème envisagé concerne les notions d’activité, de force et de téléologie qui sont absentes de la conception de la matière cartésienne. Le cours examine les arguments des différents philosophes, Descartes, Cudworth et Leibniz, de manière approfondie.

http://www.transfers.ens.fr/marleen-rozemond

Programme des conférences

Mardi 8 janvier (10h-12h) – Descartes et la passivité de la matière

Le cours commence par un examen de la conception de la matière de Descartes en tant que passive, ainsi que de son rejet de la causalité finale, un rejet qui lui aussi provoquait des objections. Cette conception de la matière semble la rendre passive pour plusieurs raisons, telle que le rejet des formes substantielles et qualités réelles scolastiques et la réduction de la matière à l’extension. Pourtant, Descartes lui-même n’affirme jamais la passivité de la matière donnant ainsi occasion à un débat prolongé sur cette question.

Mardi 15 janvier (10h-12h) – Les « natures plastiques » de Cudworth

Ensuite nous poursuivrons ces questions chez Ralph Cudworth, membre éminent des « Platoniciens de Cambridge », qui acceptait bien la passivité de la matière. Cudworth accepte le dualisme, mais il insiste que non seulement la pensée, mais en fait tout phénomène naturel implique l’activité d’entités immatérielles, ses “Plastick Natures”, qui effectuent les lois et projets divins.

Mardi 29 janvier (10h-12h) – Force et téléologie chez Leibniz

G.W. Leibniz soutient que la matière n’est pas fondamentalement réelle, autant à cause de sa divisibilité que de son passivité. Pour lui la matière est fondée dans des entités immatérielles, ses « monades », qui, elles, n’interfèrent pas dans le cours du monde corporel. Par contre, elles servent de fondement ontologique à la matière. En plus l’explication des phénomènes physiques n’est pas possible sans y inclure les forces et la téléologie, qui ont leur origine dans les monades.

mardi 8, 15 et 29 janvier 2019 – 10h00-12h00
ENS, 45 rue d’Ulm, 75005
salle Cavaillès (1er étage, escalier A)