Séminaire doctoral d’études leibniziennes

Séances à venir (avril-juin 2019) :

18h-20h, Salle Pasteur (1er étage, département de philosophie), ENS, 45 rue d’Ulm.

– Vendredi 12 avril : Ryoko Konno (Paris IV) « La théorie du corps chez Leibniz à l’époque de Mayence »

– Vendredi 10 mai : Sören Hand (ULB) « La critique de Leibniz au mysticisme chrétien et néoplatonicien »

– Vendredi 7 juin : intervenant.e à confirmer

Séminaire co-organisé par Camilo Silva et Louis Pijaudier-Cabot

Contact : camilof.silva@gmail.com (inscription liste mail et informations)

Mind and Matter. Dividing Lines in the Early Modern Period

Le matériel et l’immatériel : lignes de partage au XVIIe siècle

Ecole Normale Supérieure, 25 et 26 janvier 2019

vendredi 25, 29 rue d’Ulm, salle 236 9h15-18h

samedi 26 : 45 rue d’Ulm, salle Cavaillès, 9h30-16h

Programme:

Vendredi 25

9:15-9:30 Marleen Rozemond and Jean-Pascal Anfray: Welcome and opening remarks

9:30-10:30 Brian Embry (University of Groningen): “Arriagan Dualism”

10:30-10:50 Pause café

10:50-11:50 Igor Agostini (Universita del Salento, Lecce): “Descartes’s Real Distinciton between Mind and Body. From the Discours to the Meditationes”

12:00-13:00 Jean-Pascal Anfray (ENS PSL): “Varieties of Holenmerism”

14:30-15:30 Martine Pécharman (CNRS-CRAL): “Hobbes on the Material-Immaterial Divide”

15:30-15:45 Pause

15:45-16:45 Sophie Roux (ENS PSL): “Gassendi on Animal and Human Minds”

16:45-17:00 Pause café

17:00-18:00 Dan Garber (Princeton): “Spiritualizing Matter: Perception and Appetite in a Material World”

Samedi 26

9:30-10:30 Philippe Hamou (Paris-Ouest): “The Puzzling Matter of Immaterial Substances in Locke”

10:30-11:00 Pause café

11:00-12:00 Sam Rickless (UC San Diego): “Locke on the Probability of the Mind’s Immateriality”

13:30-14:30 Maria Rosa Antognazza (King’s College London): “Immateriality and Primary Matter in Leibniz”

14:30-14:45 Pause

14:45-15:45 Marleen Rozemond (University of Toronto): “Why mills can’t think: Leibniz on perception as internal action”

Marleen Rozemond (Université de Toronto), professeure invitée en janvier 2019

Séminaire. Passivité et complexité dans la conception mécaniste de la matière au XVIIe siècle

Au centre de la révolution scientifique se trouve la nouvelle conception de la matière dite mécanique. Or cette conception de la matière telle qu’elle était proposée par Descartes provoqua des critiques philosophiques et scientifiques. L’objection abordée par ce cours est qu’une compréhension complète du monde corporel exige un appel aux entités immatérielles. Le problème envisagé concerne les notions d’activité, de force et de téléologie qui sont absentes de la conception de la matière cartésienne. Le cours examine les arguments des différents philosophes, Descartes, Cudworth et Leibniz, de manière approfondie.

http://www.transfers.ens.fr/marleen-rozemond

Programme des conférences

Mardi 8 janvier (10h-12h) – Descartes et la passivité de la matière

Le cours commence par un examen de la conception de la matière de Descartes en tant que passive, ainsi que de son rejet de la causalité finale, un rejet qui lui aussi provoquait des objections. Cette conception de la matière semble la rendre passive pour plusieurs raisons, telle que le rejet des formes substantielles et qualités réelles scolastiques et la réduction de la matière à l’extension. Pourtant, Descartes lui-même n’affirme jamais la passivité de la matière donnant ainsi occasion à un débat prolongé sur cette question.

Mardi 15 janvier (10h-12h) – Les « natures plastiques » de Cudworth

Ensuite nous poursuivrons ces questions chez Ralph Cudworth, membre éminent des « Platoniciens de Cambridge », qui acceptait bien la passivité de la matière. Cudworth accepte le dualisme, mais il insiste que non seulement la pensée, mais en fait tout phénomène naturel implique l’activité d’entités immatérielles, ses “Plastick Natures”, qui effectuent les lois et projets divins.

Mardi 29 janvier (10h-12h) – Force et téléologie chez Leibniz

G.W. Leibniz soutient que la matière n’est pas fondamentalement réelle, autant à cause de sa divisibilité que de son passivité. Pour lui la matière est fondée dans des entités immatérielles, ses « monades », qui, elles, n’interfèrent pas dans le cours du monde corporel. Par contre, elles servent de fondement ontologique à la matière. En plus l’explication des phénomènes physiques n’est pas possible sans y inclure les forces et la téléologie, qui ont leur origine dans les monades.

mardi 8, 15 et 29 janvier 2019 – 10h00-12h00
ENS, 45 rue d’Ulm, 75005
salle Cavaillès (1er étage, escalier A)

Premier colloque francophone de jeunes chercheurs leibniziens

5-6 novembre 2018

Adresse
ENS, rue d’Ulm – 75005 Paris
Salle Pasteur puis 235C

organisé par Ryoko Konno (Paris IV) et Camilo Silva (République des savoirs/Mathesis)

 
Programme
 

Lundi 5 Novembre 2018

Lieu, salle Pasteur (premier étage du pavillon Pasteur), 45 rue d’Ulm

11h Takuya Hayashi, Paris I
« La notion de la sagesse divine et la métaphysique selon Leibniz »

11h50 Luca Rodriguez , Université de Lyon III
« Le Mal chez Sampaio (Bruno), à mi-chemin entre Leibniz et Schelling »

12h40 Déjeuner

14h Sören Hand, Université Libre de Bruxelles
« Le droit naturel chez Leibniz et Platon »

14h50 Jaime Derenne, Université Libre de Bruxelles
« L’émergence d’un principe moral chez le jeune Leibniz »

15h40 Coffe Break

16h Louis Pijaudier-Cabot, Ecole Normale Supérieure
« Théorie des mondes possibles et réalisme modal : Leibniz et Lewis »

16h50 Camilo Silva, Ecole Normale Supérieure
« En quel sens la question « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » est-elle bien pourvue de sens ? Une interprétation ‘onto-anthropique’ du sens du néant dans la métaphysique de Leibniz »
 

Mardi 6 Novembre 2018 :

Lieu, salle 235C (2ème étage du Bâtiment Jaurès), 24, rue Lhomond

9h Arilés Remaki, Paris VII
« La naissance de la science de formis et formulis, de eodem et diverso »

9h50 Arthur Caillé, Université de Lille
« Leibniz et le problème de la matière »

10h40 Coffe break

11h Guillaume Coissard, Ecole Normale Supérieure de Lyon
« Peut-on penser un atomisme leibnizien ? La relecture de la correspondance Leibniz/Hartsoeker par Émilie Du Châtelet »

11h50 Caroline Angleraux (Università degli Studi di Padova – Paris I),
« Héritage biologique de la simplicité monadique »

12h40 Déjeuner

14h Can Batukan, Paris VII
« Théories de la perception en Europe au cours du XVIIème siècle »

14h50 Ryoko Konno, Paris IV
« La théorie leibnizienne de la sensation à l’époque de Mayence »

15h40 Coffe Break

16h Babette Chabout-Combaz, Université de Montréal – Paris VII
« Leibniz et l’histoire de la terre »

Co-financé par
l’ED 540 et le laboratoire de la République des savoirs de l’Ecole Normale Supérieure
et l’ED Concepts et Langages de Paris IV